27 Instans Vidéo Festival Numérique el Poétique.




El Dictador es emocionalmente poderoso, grande, libre, eterno. Se cree sin límites.
La realidad tiene fronteras invisibles. Su imperio le pide una fortaleza que no está seguro de tener.
Sabe que es frágil, pequeño, y que está acompañado, pero se siente vigilado y cuestionado.
Se defiende de sus miedos sin superarlos.







Instants Vidéo Mardi 11 novembre (dernier jour des programmations à la Cartonnerie de la Friche)

Mardi 11 novembre
14h (67'26)
COMMENT DONNER UN AVENIR AUX MOUVEMENTS
L'art vidéo est le jardin (pas d'Eden) où se cultivent les mouvements perpétuels des corps, des désirs et des objets. Le mouvement affronte les limites du cadre de l'harmonie et dérègle les sens. Si l'ordre est le plaisir de la raison, le désordre est celui de l'imagination. Migration des regards et des écoutes qui mettent en branle les forces imaginantes. Le mouvement, c'est allez voir là-bas si j'y suis.

Esquisses tauromachiques n°4 (9'15 – 2014) / Alain Bourges (France)
Berliner Trio pour stations et traversées (30' – 2014) / Isabelle Vorle (France)
Shift (3' – 2012) / Max Hattler (Allemagne/GB)
Gleam (1'59 – 2014) / Hugues Clément (Québec)
Radiolux: Kugeln googeln (9'36 – 2014) / Inka Perl (Allemagne)
Ana M'ra (je suis une femme) (2'33 – 2014) / Amel Djenidi (Algérie)
Annotation (2'15 – 2013) / Valerie LeBlanc (Canada)
Stop Start tango (4' – 2013) / Anton Hecht (Grande Bretagne)
Danse des lettres (4'48 – 2014) / Marie-Christine & Bernard Adde (France)

15h45 (62'43)
L'ART VIDÉO EST LA MÈCHE REBELLE QU'AUCUN COUVRE-CHEF N'ABOLIRA
« Faute de frappe : J’ai pris une bonne révolution. Demain, j’arrête. J’arrête de croire. » (Bernard Lubat)
Un corps libéré est de mèche avec les maquisards de l'imagination qui hantent depuis la nuit des temps (Spartacus) l'antre des institutions disciplinaires (écoles, hôpitaux, casernes, prisons, usines, médias, églises, art contemporain du marché…). Un corps contraint ne va pas bon train tant il est aiguillé par des machinations corrosives qui abusent de nos fragilités au point de non retour (si nous n'y prenons garde barrière) d'une frigidité des sens et des idées. Un corps insurgé ne tient sa liberté que de ce qu'il aura libéré.

Journal d'un homme important-épisode 2 (1'22 - 2010) / Ala Eddine Slim (Tunisie)
Journal d'un homme important-épisode 4 (2'15 - 2010) / Ala Eddine Slim (Tunisie)
Archipel (Arkhabil) (13' – 2013) / Djamel Kerkar (Algérie)
The greatest show on earth (5'12 – 2012) / Simohammed Fettaka (Maroc)
Double Act (4'37 – 2013) / Ding Shiwei (Chine)
Dictateur (3'47 – 2014) / Ausín Sáinz (Espagne)
Clinique (3' – 2014) / Virginie Bueno & Clément Baudet (France/Québec)
Ceci n'est pas un viol (9'07 – 2012) / Mélanie Dagnet (France)
Un truc formidable (11'11 – 2013) / Isabelle McEwen (Canada / Allemagne)
The colour of the wind (4'12 - 2014) / Mariana Vassileva (Bulgarie/Allemagne)
History is not mine (5' – 2013) / Mounir Fatmi (Maroc/France)

17h15 (79'02)
ENTENDS TU CE QUE TU AS DEVANT LES YEUX ?
Bientôt même les voix nues devront aller se rhabiller aux friperies des bonnes mœurs,
les bruits deviendront sourds aux brames de la saison des amours,
les musiques de chambre nous feront dormir debout.
C'est à voix nue que nous nous érotisons.

Analogia (19' – 2014) / Samuel Bester (France)
Textiles de Cordes (1'20 – 2013) / Nathalie Bujold (Québec)
Toujours un œil quelque part (10'42 – 2013) / Anouk Azar (France)
Circulaire (1' – 2013) / Yves Bommenel (Bobie) (France)
Visages (2'14 – 2014) / Chantal duPont (Québec)
My friends (2'14 – 2013) / Vasilis Karvounis (Grèce)
r lightTweakSunlight Drone (3'08 – 2013) / Marco Mendeni (Italie)
Sabled (2'40 – 2013) / Sean Burn (GB)
Le Grand Dérangement (8'10 – 2014) / Louis-Michel de Vaulchier (France)
Terayama al claroscuro (3'02 – 2014) / Viviana Franco Gutiérrez (Colombie)
La vie de fraülein Erzebeth est une sorte de chaos organisé (12'02 – 2012) / Les soeurs h/ Marie Henry et Isabelle Henry Wehrlin (France/Suisse)
Le Tonnerre (Thunder) (2'37 – 2014) / Azadeh Nilchiani (Iran/France)
Wind & Death (6'45 – 2013) / Mahmood Nooraei (Iran)

18h45
(Lecture Musique)
MANIFESTE SEXUÉ ET POÉLITIQUE
lu par Marc Mercier, accompagné par le musicien Giney Ayme

19h15 : Pause apéritive et gustative

21h
LA FIN INFINIE AU FÉMININ PLURIEL DE PERFORMANCES PALESTINIENNES ET SYRIENNES
Le festival des Instants Vidéo n'a pas de fin tant il a faim d'étendues inattendues. Il accueille comme on cueille (sans se recueillir devant l'autel des certitudes) des fleurs sauvages (loin des serres) des artistes venues de Palestine et de Syrie pour nous conter ce que la mémoire ne peut taire.
Les Instants Vidéo sont tout ouïe et toute vue et tout odorat et tout goût et tout toucher de ces expériences qui nous changent de ce qui ne dérange pas, de ce qui nous range, de ce qui nous fait anges alors que nous sommes diablement sexués, sensibles et intelligents, je veux dire désirants de solidarités solaires fussent-elles parmi les ombres et les décombres.

Performance multimédia

LE COURAGE DE LA VÉRITÉ
Observational Desire on a Memory that Remains (20' – 2014) de Noor Abuarafeh (Palestine)
The project is influenced by the term "Parrhesia" by Michel Foucault,1983. Questioning the truth­-teller/truth telling as an activity. Examining the borders between truth and the act of writing history/story telling.
The work raises questions related to writing history, documentation, relation between memory and historization.
Most of the art institutions in Palestine were created after the establishment of the Palestinian Authority in 1995 that followed the Oslo agreement. The history of the Palestinian art is much older than all the art institutions that were established after 1995. Which caused a lack of information in the palestinian art archive specially at the institutional art archive, this project aims to create an alternative history of the palestinian art, depends on a real oral history and influenced by Michel Faucault.


21h45
Performance multimédia

NE M'ABANDONNEZ PAS… JE SUIS VIVANTE
Don't leave me... I am alive (environ 30' – 2014) / Khadija Baker et Janet Lumb (Syrie/Canada)
Performance, sound, and stop motion animation film, created and presented at OBORO (Montréal) new media artist run centre : I use my hair, body, digital images, experimental sound sample to create this work. The work involves a narrative storytelling animation about childern who experience war to create active spaces of empathy and greater understanding. The work figures a story of a young girl who survived the chemical weapon attack in Syrian subburb this last summer (2013)

22h15 à plus tard (car le plaisir d'être ensemble ne souffre pas la dictature des calculs sexagésimaux)…
Improvisation festive mieux vaut tard que jamais en emporte le vent de nos rêves qui dérivent avec en besace nos circulations de corps et de désirs indomptables…